lundi 16 janvier 2017

ASSEMBLEE GENERALE DE L'ASSOCIATION




                        Amis militants,
                        Nous avons le plaisir de vous inviter à participer à l’assemblée générale de notre association  SORTONS DU NUCLEAIRE MOSELLE le :
                                                      VENDREDI  3 FEVRIER   à  18H30
                                    à Metz  au café « le SHANON » 19 avenue Robert Schumann





ORDRE DU JOUR :
-Bilan d’activité
    -Réunions Grand Est et Assises de la colonisation 
-Bilan  financier
-Cotisations
- Perspectives et actions 2017:
         La construction du Grand ESt et la manifestation de Strasbourg
        - les actions à mener
        - autres points….
Le café le Shanon,   nous accueille gracieusement à la condition de consommer. Nous pouvons amener à grignoter et il est possible aussi pour ceux ou celles qui le désirent de commander sandwiches ou croques monsieur à la condition de  le faire savoir avant.
        En attendant le plaisir de se retrouver…
        Bien à vous tous  
                                                                           Anne et François

ASSISES DE LA COLONISATION DU GRAND EST

Elles se sont tenues ce dimanche 15 janvier à Bettancourt la Ferré. Organisées par le CEDRA, elles ont réunis près de 40 personnes représentantes d'associations anti-Bure et ont été ouvertes à un débat public.

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2017/01/16/bure-une-nouvelle-mobilisation-des-anti-cigeo-annoncee-au-bois-lejuc


PARLEMENT EUROPEEN: RENCONTRE AVEC LES DEPUTES

Le mardi 22 Novembre
Pour qu'au coeur de l'europe, le GRAND EST ne devienne pas la REGION POUBELLE DU NUCLEAIRE, une vingtaine d'associations se sont regroupées.





 Une délégation a rencontrée Michele Rivasi, Claude Turmes, Rebecca Harmes, Jean Luc Mélenchon et Younous Omarjee ainsi que Michel Dupond, attaché parlementaire de José Bové.


Tous les sujets, de l'enfouissement des déchets à Bure à la fermeture de Fessenheim et la sortie du nucléaire ont été abordés et après des échanges très denses, ils nous ont apportés tout leur soutien face aux échéances à venir.

dimanche 2 octobre 2016

STOP E.P.R.

C'est à quelques kilomètres de FLAMANVILLE que le bus affrété par nos amis de STOP FESSENHEIM nous a déposé le samedi matin à 10h30. On était les prem's à arpenter le village d'accueil en pleine installation. Rapidement, direction la plage pour voir la mer et sentir l'iode (le bon....enfin on espère!!) en plein grand vent et marée haute. Les parfums de Flamiche et de Quiche sont bien loin!!).
A 14h00, la manif s'ébranle et les 5000 manifestants sont de suite dans le bain, cueillis par un déluge de grêle durant 5 minutes. Mais bon,1/4 d'heure après, soleil et vent nous ont déjà séchés comme des morues, l'odeur en moins!...



 






Rassemblement devant la centrale, discours, explosion de l'EPR.....
Très peu de forces de l'ordre, mais un hélicoptère omniprésent.



 Le retour se fait par le chemin des douaniers et par la plage à marée basse.  En toile de fond, l'usine de retraitement de la Hague gâche ces instants magiques où, la lumière, l'eau et le vent nous offrent la beauté.

 Jusqu'à 22h00, restauration et concerts avant le retour vent dans le dos au pays des cigognes.





lundi 1 août 2016

CIGEO: L'ANDRA laminée au TGI de Bar le Duc

L'ANDRA est condamnée par le TGI de Bar-le-Duc !

Les travaux de CIGÉO sont stoppés !

Un rappel à l’ordre cinglant et historique pour l’ANDRA, faisant suite à deux mois de mobilisation sur le terrain

Le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc vient de donner raison aux huit associations et aux quatre habitants de Mandres-en-Barrois qui, dans un référé déposé le 25 juillet, exigeaient l’arrêt des travaux effectués par l’Agence pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) dans le Bois Lejuc, en vue de la construction de CIGÉO, ce projet de centre de stockage en profondeur des déchets radioactifs les plus dangereux. Ces travaux sont bien illégaux : l’ANDRA doit les suspendre et est condamnée à la remise en état du site.  
Pour rappel, 7 hectares de feuillus avaient déjà été détruits, dont des chênes quasi centenaires, le sol avait été arraché et recouvert de gravier et l’édification d’un mur de 2m de haut et 3 km de long avait commencé, alors même que l’ANDRA ne disposait pas des autorisations nécessaires auprès des autorités compétentes et n’avait même pas envisagé qu’une étude d’impact puisse être nécessaire ! Lors de l’audience, qui s’était tenue le jeudi 28 juillet, l’ANDRA s’était surpassée dans la mauvaise foi et les contradictions : tout en reconnaissant effectuer ces travaux dans la perspective de la construction de CIGÉO, elle prétendait n’effectuer que des travaux destinés à une gestion durable de la ressource forestière du Bois Lejuc ! Par ailleurs, arrivée en cours d’audience, l’ANDRA a sorti un pitoyable lapin de son chapeau, un arrêté municipal daté du jour même, signé du maire de Mandres-en-Barrois et autorisant les travaux de construction du mur commencés illégalement depuis plusieurs semaines !
Rendu le 1er août à 14h, le délibéré du tribunal est formel : il ordonne la suspension des travaux de défrichement jusqu’à ce que l’ANDRA obtienne une autorisation (sous astreinte provisoire de 10 000 euros par are nouvellement défriché). Il enjoint de même à la remise en état des lieux sauf autorisation obtenue par l’ANDRA dans un délai de 6 mois.
D’après la décision du tribunal "cette remise en état des lieux doit être entendue comme une restitution de l’état boisé de l’ensemble des parcelles défrichées, nécessitant la suppression du géotextile, de l’empierrement et de la clôture en murs de béton – au vue de l’importance de son emprise – et la replantation dans le respect du plan d’aménagement forestier du bois Lejuc arrêté par l’Office National des Forêts pour 2007-2018".
Travaux illégaux, embauche de mercenaires pour « protéger » le mur : les manoeuvres et manipulations de l’Andra pour imposer CIGÉO sont maintenant exposées au grand jour. Cette décision marque également le bien-fondé et la légitimité de la mobilisation de plusieurs centaines de personnes et des habitants qui s’opposaient depuis plusieurs semaines aux travaux de l’ANDRA.
Les associations, habitants et opposant-e-s à CIGÉO se réjouissent de cette décision historique du tribunal et ne comptent pas en rester là. D’autres recours et actions sont en préparation pour enfin rendre le Bois Lejuc aux habitants de Mandres-en-Barrois et donner un coup d’arrêt au projet CIGÉO. Un nouveau temps fort de manifestation est prévu du 13 au 15 août 2016.

lundi 20 juin 2016

 Bonjour,
> je vous transmets ce communiqué du CEDRA( et les liens médias) qui résume toute l'action de longue haleine entreprise hier à Bure à laquelle nous nous sommes joints, Vincent et moi même.
> Cette action réconfortante tant y participaient de jeunes visages inconnus s'est déroulée dans le plus grand calme. Toutes les installations (piquets, barbelés, barrières) installées par l'Andra ont été détruites et converties en barrages sur le chemin que doivent empruntés les futurs engins de chantiers les jours prochains. Un bâtiment a charpente de bois a été érigé pour permettre  le stationnement d'opposants permanents.
> A ce sujet, il va sans dire que, pour sa pérénité, il nécessitera des soutiens constants pour faire face à...........la suite des évennements.
> Ceci est donc un appel à chacun pour venir sur place et soutenir l'action afin que l'Andra ne s'approprie pas ce bois stratégique en toute illégalité.
François
  > Message du 19/06/16 22:51

De : "CEDRA" <cedra.org@orange.fr>


poubelle nucléaire de BURE
> contre les fossoyeurs, la bataille de Mandres-en-Barrois est lancée
nous sommes tous et toutes Mandrabarretois-es

>
>
http://c.estrepublicain > manifestation contre la déforestation > ici
JHM ce lundi



COMMUNIQUE d'opposant-e-s et habitant-e-s d'ici et d'ailleurs au projet Cigéo/Bure - Dimanche 19 juin 2016
L'Andra entame des travaux forestiers illégaux
> pour implanter Cigéo,
> les opposants reprennent la forêt

Dimanche 19 juin 2016, environ 200 personnes, dont des habitants du village, se sont rendues dans la forêt de Mandres-en Barrois, à quelques km de Bure, en Meuse, et ont convergé sur les lieux de nouveaux travaux de l'Andra.
Après un grand pique-nique convivial, dans une ambiance joyeuse, les doubles clôtures commençant à ceinturer le bois ont été enlevées, des barricades ont été construites sur le chemin d'accès pour les travaux. Un grand préau en bois a été érigé sur la plate-forme installée par l'Andra, débarrassée de ses grilles. Une quinzaine de vigiles présents ont été invités à partir par la foule, et par un commandant de gendarmerie qui a déclaré qu'il "laisserait faire le pique-nique, à condition qu'il n'y ait pas d'atteinte aux personnes".
Un appel à résister, rédigé collectivement, a été lu sur place par différents intervenants. Une soixantaine de personnes vont y passer la nuit et invitent à les rejoindre en nombre, dès maintenant.
Pour les manifestants, l'objectif est clair : "Cigéo commence sauvagement et illégalement, la mobilisation sort du bois et va s'amplifier dans les semaines à venir pour bloquer la méga-poubelle nucléaire !".
En effet, le projet de centre d'enfouissement de déchets nucléaires Cigéo, dans la région de Bure (Meuse), passe actuellement par une nouvelle étape d'implantation jugée illégale par des habitants locaux et des associations.
> Depuis 15 jours elle a installé une plate-forme et  entrepris des travaux de déboisement importants, apparemment sans autorisation, sur le pourtour de la lisière de la forêt. La double clôture en cours laisse présager d'autres travaux préparatoires qui, comme les précédents, ancrent un peu plus le projet dans le paysage local. Ces travaux ne rentrent pas dans une démarche de reconnaissance, mais s'apparentent bien à une dangereuse annexion du territoire.
Cette forêt de 220 ha a une importance stratégique car elle serait à l'aplomb des 300 km de galeries souterraines destinées au stockage des déchets radioactifs. L'ANDRA y projette notamment la construction de deux puits d'accès aux galeries, de bouches de ventilation des gaz radioactifs et le stockage des milliers de m3 de verses excavées.
Les habitants et associations dénoncent la totale illégalité de ces travaux alors qu'un recours administratif a été déposé par des villageois en 2015 et que l'ANDRA n'a aucune autorisation de construction pour Cigéo.
> Quant au processus législatif défini par la loi de 2006, il est battu en brèche par le projet de loi Longuet qui vise à précipiter la définition de la réversibilité du stockage et à installer une prétendue "phase-pilote" qui ne serait autre que le démarrage du site d'enfouissement.
Conférence de presse, lundi 20 juin à 11h - Entrée de la forêt de Mandres-en-Barrois
Tel 07 58 65 48 89 - Infos : vmc.camp  



que veut donc camoufler l’Andra - l’agence du mensonge permanent - massacrant la forêt de Mandres en camp retranché ?